Question subsidiaire : pourquoi me faire confiance ?

Monique Cerro, 55 ans.

En 1992, à l’occasion de la restauration de ma première maison en pierre, non seulement je découvre la pierre et les matériaux afférents tels le bois et la terre mais aussi et surtout la chaux.
Je me consacre alors à en expérimenter, bien malgré moi parce qu’alors je ne dispose que de très peu de données, toutes les possibilités.

Recherches personnelles, expérimentations dans mes 4 maisons successives, stages… j’ai attrapé le virus du bâti ancien et forcément, de la chaux qui va avec !

En parallèle de mon métier d’enseignante, j’ai décidé, dès que je me suis sentie assez compétente pour le faire, de transmettre le savoir acquis au cours de toutes ces années via l’accompagnement de particuliers prêts à se lancer dans l’aventure de l’auto-restauration.

Ainsi, depuis la création de Terre Pierre et Chaux en 2008, faisant ainsi de ma passion mon nouveau métier, quelques 300 chantiers participatifs ont été réalisés partout en France et parfois à l’étranger, le plus souvent dans de vieilles maisons mais aussi dans des maisons en paille, avec environ 3000 stagiaires bénévoles :

  • Dalles simples ou isolantes,
  • pose de terre cuite sur chape chaux avec ou sans chauffage au sol,
  • enduits traditionnels chaux, terre,
  • enduits de correction thermique terre/paille/chaux, chaux pouzzolane, chaux billes d’argile, chaux liège, terre/paille.

J’ai aussi formé théoriquement des professionnels ou des particuliers en reconversion, commis 3 bouquins aux Editions Eyrolles, écrit bien des fiches pour Internet actuellement sur maison.com et je modère le forum de Système D rubrique « gros oeuvre ».

Depuis 2010, j’ai l’honneur d’être Co-Présidente de l’association Oïkos qui pullule de projets et dont je suis très fière.

4 commentaires

  1. Question subsidiaire: pourquoi me faire confiance ?
    Bonjour!
    J’ai eu eu le privilege d’avoir vos coodonnées par le biais du forum de Systeme D . En consultant au passage votre site que vous avez reservé à cet effet ; et compte tenu des efforts que vous avez fournis pour en arriver a ce stade ; il m’est personnellement agréable de vous féliciter de cet effort consédirable et de vous souhaiter une bonne continuation dans vos recherches.
    Meilleures salutations
    Bonne chance « Sainte Monique »
    Med LAOUAR

  2. Question subsidiaire: pourquoi me faire confiance ?
    [Chroniques]
    Sainte Monique : Qui est elle ? D’où vient-t-elle ?
    Pour beaucoup, pour le commun, Sainte Monique n’est autre que cette passionnée, religieuse et pieuse .Très tôt et très jeune elle s’enracina dans la religion catholique qui fut la sienne.
    Ce n’est pas tout ! Sainte Monique est aussi algérienne ! Elle est bien de chez nous, comme vous et moi ! Elle est Numide, de cette ancienne Algérie sous domination Romaine. Oui, elle l’est devenue par ce pur hasard qui l’a vit naître, un jour de l’an 322 , à Thagaste actuel Souk Ahras, la où elle avait toujours vécu et grandi .
    Encore très jeune, elle allait à l’église pour prier et chercher le recueillement. Elle se mobilisait au profit des pauvres, des nécessiteux et des malades qu’elle allait visiter et soigner. Toute sa personne n’était que modestie, bonté et douceur.
    Plus tard, elle fut mariée à un homme brutal, deux fois plus âgé qu’elle .Elle vivait en compagnie d’une belle mère acariâtre qu’elle supportait avec plus de douleur. Elle versait en secret ses larmes en cachette où se trempait sa vertu.
    De cette union naquit Aurelius Augustinus le13 novembre 354 toujours à Souk Ahras, devenu Saint augustin ou le père de l’église catholique .Il est considéré à ce jour comme grand philosophe et le plus grand théologien catholique de tous les temps.
    Sainte Monique, sa mère est unanimement reconnue comme étant la mère de tous les chrétiens.
    Le pape Benoît XVI avait tout récemment évoqué la fête liturgique de la mère, le 27 août consacrée à Sainte Monique et du fils, Saint Augustin, le 28 août, soulignant le caractère sacré de ces deux modèles ou Monique en fut un pour les mères et qu’Augustin a « consacré sa vie à une recherche passionnée de la vérité ».
    Monique, après avoir suivi Augustin en Italie, tomba malade à Ostie, au moment de s’embarquer pour rentrer chez elle, et mourut en 388 à l’âge de cinquante-six ans. Son corps a été transféré à Rome dans l’église de Saint Augustin, en 1430.

  3. Question subsidiaire: pourquoi me faire confiance ?
    Bonjour Mohammed,

    d’abord merci pour vos encouragements et félicitations du premier post (je me suis crue dans un de ces conseils de classe auxquels je contribue si souvent… ). Je n’ai pas répondu à ce moment-là, désolée. Mais, je le reconnais: c’est toujours agréable à lire sur un bulletin scolaire, ce type d’appréciation…. 😉

    Je serais moins gratifiante quant à la chronique de « Sainte Monique » dont le parcours apparaît comme une somme de souffrances et de sacrifices… 🙂 Je suis sûre que le biographe a omis le versant positif de sa vie, versant dans lequel Ste Monique a trouvé son compte à plus d’un titre…. On tire toujours profit de ce qu’on donne aux autres.

    Je suis consciente qu’il y aurait, en effet, à bien analyser, quelques similitudes… que je ne relèverai ni ne révèlerai… ( on note, à l’occasion les anagrammes fort éloquents de ces deux mots )… 🙂

  4. J’ai eu echo de vos travaux par une association et j’avoue avoir été agréablement surprise, je vous félicite pour votre travail et vous souhaite ainsi bonne continuation !
    José

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *