Suivi de chantier : La bauge – Le futur atelier de Vincent et Sophie à Luray (28)

Déjà; bonne nouvelle, la charpente de l’atelier est montée. Bon, ça n’empêche pas les bâches, parce que c’est la Normandie aussi….

12-2.jpg

La montée de la bauge est en route et je vous livre les commentaires de Vincent :

Pour mon premier essai cela à donné :

2 sable / 0,5 cailloux / 2 paille / 2 terre d’où un résultat ‘paillu’ et plutôt gras

Pour le deuxième essai j’ai rectifié :

4 sable / 0,5 cailloux / 2 paille / 1,5 terre

Le dosage en cailloux est réduit pour cause d’approvisionnement due à un manque de place pour stocker (+ économies budgétaires).

Concernant le mode opératoire:

La terre est préparée au moins une semaine à l’avance en poubelle. La terre est versée dans l’eau et malaxée, puis laissée au repos. J’ai d’ailleurs noté qu’il serait préférable de ne pas trop remplir les poubelles, la terre a tendance à se tasser au fond (je dirais que 2/3 serait le max).

J’arrive à faire un double dosage par bétonnière (Castorama 160L). Un dosage complet est préparé dans des seaux, et le terre répartie dans 2.

L’ordre d’insertion des matériaux est celui du stage : 1 sable/2 paille/0,75 terre/1 sable/1 sable/0,75 terre/1 sable et je recommence. A chaque ajout, je refais un appoint en eau si nécessaire, de façon à garder le mélange plutôt liquide jusqu’au 3e seau de sable.

La première béto est plus délicate suivant ce qu’il y a dedans (reste de terre, et surtout durée de stationnement).

Le volume est juste limite pour ce type de beto : le mélange peut déborder au 2e dosage, quand il est encore sec : ça se règle en le ramassant dans la brouette et le rejetant au fond de la beto.

En ce qui concerne le temps, compter 3 béto en 2h seul : préparation du 1erdosage / enfournage / préparation du 2e dosage / enfournage / préparation du 1er dosage suivant / vidage / et hop on recommence …

Le but étant de préparer les munitions en attendant le renfort : ensuite cela permet de n’avoir qu’a piocher dans le tas (stocké sur les panneaux au milieux de l’atelier). Du coup, je peux intervenir localement lors de la mise oeuvre des briques (réservation des fixations des gonds de volets).

Les troupes étaient particulièrement en forme, et ont réussi à me faire des murs plus épais en haut !! Ce sont les meilleurs et je les garde !!!

Voilà pour cette première fois .

ooops…

… j’avais juste oublié de dire que le dosage en terre sortie de la poubelle peut être trompeur lorsqu’il est très liquide :
je me suis fait avoir sur une bétonnière et cela donne un mélange un peu trop sablé !!

15-3.jpg

13-4.jpg

Bon, moi, je dis chapeau !! et merci !!!

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *