Chantier participatif réalisé : du terre/paille et autres enduits chez Camille (07)

Nous sommes à la mi-mai et Camille était impatiente de réaliser ce chantier qui annonçait une avancée considérable dans la restauration de sa maison. Elle a fait créer une extension haute en colombages que voici, préparée pour ce qui l’attend : un remplissage terre/paille de 15 cm d’épaisseur pour compléter une isolation en laine de bois par l’intérieur. 

A l’intérieur, à l’étage, 3 chambres vont donc voir le jour après notre chantier. Nous allons donc appliquer un correcteur thermique intérieur terre/paille/chaux sur les murs de façade et mettre en valeur les pierres sur le mur de refend via un pierre-vues.

La terre est locale et bien argileuse. Il faut donc la malaxer pour pouvoir s’en servir. Du « prêt à l’emploi » est en place au début du chantier grâce à des amis très fiables venus avant le chantier, prêts à tout pour aider Camille dans sa très performante prépa de chantier.

                           

L’équipe est prête aussi : Juliette, Nathalie, Lucie, Séverine, Claire, Fabienne, Adrien, Paul, Stéphane, Manu et Guy avec en surplus Myriam et Julien dimanche. Je n’oublie pas Isabelle, bien sûr, au poste prépondérant de l’intendance !!

Nous pouvons donc démarrer les bétonnières et l’application, le remplissage ou le projeté truelle. la paille de seigle est un peu raide mais on en vient à bout quand même !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dimanche , nous avons bien avancé et nous attaquons la deuxième pièce

 

 

 

 

 

 

Voici donc le résultat final une fois le pierres-vues brossé et le TPC lissé à la liane japonaise (ça brille !!).

 

 

 

 

 

 

 

Quant au banchage terre/paille, le voici libéré vu de l’intérieur et de l’extérieur.

Il restera donc à attendre que le terre/paille sèche pour l’enduire à la chaux à l’extérieur.

Voilà un bien joli chantier mené avec efficacité par des participants au top de la motivation et dans la bonne humeur !

Merci à tous… et en particulier à Camille si pleine d’enthousiasme !!

 

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *