Chantier réalisé : de la terre et de la paille à Luray (28)

La construction de Vincent pour son atelier n’a pas pu être terminée dans les temps et ne comporte pas de toit… C’est dommage, parce qu’en Normandie, depuis le 12 Juillet, il pleut et il pleut… et il pleut !!! 😉

vs3-2.jpg

Alors tout est bâché, certes, mais le vent qui précède, régit et suit la pluie nous ennuie aussi !! 😉

vs4.jpg

Bon, pour cette unique journée de chantier, les augures météorologiques sont mauvaises… mais le moral tient bon. Et Damien, Florence, Mireille, Gérard, Paco et Estelle sont bel et bien là, les courageux !

La première banche posée, nous démarrons un terre/paille/chaux très paillé.

vs5.jpg

 

vs6.jpg

En milieu d’après midi, un terrible orage s’abat sur nous mais la bétonnière tourne,

vs8.jpg

 

ce qui fait que nous terminons malgré tout le banchage de 8 m² prévu.

vs7.jpg

Nous tentons la bauge mais la terre n’est pas assez caillouteuse et il y a trop de paille dans ce premier essai. Ca ressemble plus à un torchis avec une terre un peu gravillonneuse qu’à de la bauge !

vs9.jpg

Malheureusement, il se fait tard et nous sommes trempés, ce qui fait que nous prenons le temps de monter quelques unes des briquettes qui encadreront la fenêtre de l’atelier mais pas de lancer un second essai de bauge avec une nouvelle formulation. Dommage, j’aurais bien aimé…

 

vs10.jpg

Il a suffit que je quitte la Normandie pour que le beau temps revienne et que Vincent et Sophie débâchent leur futur atelier. En voici la preuve… La confiance n’est quand même pas totale : le banchage et la "bauge" sont bâchés !! :))

 

vs11.jpg

 

Merci à tous les présents qui ont gardé le sourire coûte que coûte à Vincent et Sophie pour leur accueil ! Courage à eux… ils ont encore beaucoup de travail ! 🙂

 

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.