Chantier réalisé : des enduits de finition terre à Marçon (72)

Les murs de la cuisine/salon de Jonathan et Déborah ont été recouverts il y a quelques mois d’un enduit de quelques centimètres terre/chaux/paillettes de lin, un peu cabossé.

Notre objectif était de leur offrir une finition du même type, plus esthétique. Environ 70m² à réaliser.

Photo: Jérôme Prévieux

Dans les jours précédents, Jonathan a donc fait des essais pour trouver les bons dosages avec sa terre assez argileuse.

Samedi matin, Corinne, Yannick, Laurent, Jérôme et Romain étaient là, prêts à nous donner le coup de main, frais et dispos.

Nous avons donc commencé par hermétiser les ouvertures grâce à un terre/paille/chaux puis préparé la terre pour démarrer les enduits avec un terre/paillettes de lin stabilisé par 10% de chaux aérienne l’après-midi. Rébécca, Anne-Laure et Claire nous ont rejoints, remplaçant Laurent pour l’après midi.

L’enduisage en cours,

avec une petite fantaisie : un bec qui accueillera un téléphone,

le support de la fenêtre en briques rouge, a d’abord été traité au sel d’alun puis « gobetisé » avant de recevoir l’enduit.

puis après lissage à la liane japonaise, passage de la taloche éponge pour finir en douceur.

Sur les parties basses, dans les alcoves, nous avons profité de restes de terre rouge de Saint Nazaire en Royans amenée par Jérôme Prévieux, le concepteur du poêle de masse, pour faire des enduits terre/ paillettes de lin sans chaux.

Dans la future salle de bains, après ponçage des joints, l’entourage de baignoire en Béton Cellulaire a recu la prépa habituelle au sel d’alun puis un gobetis et enfin un enduit de finition chaux/terre.

Merci à tous les stagiaires, même de court passage, pour leur coup de main inestimable et leur travail de haut vol …

Merci à Jonathan et Déborah pour leur accueil !

Bonne continuation à tous !

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *