Chantier réalisé : Recoller de la terre cuite sur chape de chaux près de Limoges (87)

Sylvia et Olivier m’ont appelée, en désespoir de cause… Leurs terres cuites, posées quelques mois auparavant sans joints, sonnaient toutes creux et c’est sans aucun mal (en 2h !!!) qu’Olivier a décollé les 70m². Les carreaux étaient propres… comme neufs !!

Le but de ma venue était donc de passer une journée avec eux pour leur montrer comment les recoller efficacement, sur une petite surface. Il n’était donc pas utile de faire appel à stagiaires d’autant que j’arrivais accompagnée de Romain qui me suit sur mes chantiers depuis plusieurs mois et de Corinne qui nous a rejoints pour la 3° fois.

Alors non, ce chantier n’était pas annoncé !!! Et pourtant oui, il a eu lieu… 🙂

Leur ancienne grange est vraiment très belle et sur cette façade, leur maçon a fait une magnifique ouverture  ! D’ailleurs, toute la maison est conçue de façon écologique avec de beaux matériaux de récup et d’excellents matériaux neufs.

La situation était délicate. Recoller des carreaux de terre cuite sur une chape archi-sèche n’est pas une sinécure !! D’abord il faut faire en sorte de colmater les traces du collage précédent et puis il faut impérativement que la colle soit efficace.

On a commencé par la gaver d’eau, longtemps, plusieurs fois, tant qu’elle en voulait…. et elle en voulait beaucoup !!

Nous avons gratté les aspérités laissées par le collage précédent. Impossible de refaire une chape et une pose à l’avancée : les seuils existants nous l’interdisaient. Nous avons donc opté pour une pose à la barbotine à joints qui sert, en l’occurrence de colle également.

Sylvia à l’étalage de la barbotine, composée donc de sable en 0/4 et de NHL 3,5, en couche assez épaisse pour reniveller.

Vu les conditions de pose en épaisseur, il était impératif de bien surveiller les niveaux

La pièce finie en fin d’après-midi, il ne leur restait alors qu’à brosser les joints le lendemain…

Je vous recommande la visite de leur blog. Sylvia y relate tout leur travail de restauration avec un recul bourré d’humour ! Vous y verrez, entre autres réalisations, celle de leur poêle de masse « fait maison ».

SOS Tata Momo!!! – La huerta, une grange écologique

Un grand merci pour votre chaleureux accueil Sylvia et Olivier; une bise à vos magnifiques enfants !! Un coucou à Lilian qui nous a amené des huitres et à Philippe pour le café !!

Bon courage pour la suite !

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *