Chantier participatif réalisé : une façade chez Corinne (30)

Après nous êtres occupés de l’intérieur au mois d’Avril, nous avions prévu de réaliser toutes les façades de la partie habitable dont cette façade ouest dont le vieil enduit en chaux parfois rafistolé au ciment est très abîmé,

mais finalement, après décroûtage, Corinne constaté la grosse fissure sur cette façade, a opté pour la future pose d’une croix de St André pour assurer son maintien et donc nous a demandé de faire au plus simple : enduire en deux couches talochées éponge une partie de la façade nord juqu’aux futurs escaliers au ras de la terrasse ,

arranger un peu les joints à gauche et à droite sans remplir la fissure qui va sûrement bouger lors de la pose du tirant et refaire les encadrements des fenêtres si disparates : de la brique, du ciment, de la pierre dégradée…

Julia, Léa, Noémie, Paul, Samuel, Nathanaël et Jean-François se sont portés volontaires pour affronter la canicule et se sont courageusement levés à l’aube pour démarrer le chantier à 7 h du matin et ainsi éviter les grosses chaleurs de l’après-midi.

Le treuil électrique et une bonne bétonnière nous auront été bien utiles…

Nous préparons le gobetis qui va recouvrir la partie à enduire ainsi que certains gobetis bâtards pour les encadrements de fenêtres.

et vers 14h nous avons préparé la façade à recevoir l’enduit le lendemain,

 

rempli les joints dégradés

et déjà réalisé quelques encadrements

 

L’après-midi étant très très chaude, nous avons décidé d’aller faire un tour au bord de la rivière, histoire de prendre le frais.

Dimanche, dès potron-minet, nous attaquions l’enduit et les encadrements restants

Et vers 16 h 30, suite à une pause repas bien méritée, nous avions terminé !

 

Mission accomplie ! Merci et bravo à tous pour le courage, la volonté et la bonne humeur !

Merci à Corinne pour son accueil et à Julia pour son professionnalisme !

PS : merci à Julia, Léa et Jeff pour les photos qui complètent les miennes !

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *