Chantier réalisé : enduit d’une façade à la chaux à Chaponost (69)

Chez Thierry et Catherine, dernier gros chantier : la façade. L’enduit qui la recouvrait était fissuré et se décollait. Comme toujours, il a été plus facile à dégager sur le pisé que sur les pierres du soubassement…mais ce ne fut pas un petit travail tout de même !

L’idée était de faire un enduit non pas teinté dans la masse avec du pigment mais de choisir un sable coloré. Avec la chaux qui absorbe 70% de la teinte initiale, il est bien compliqué d’obtenir un coloris soutenu mais l’option était un ocre jaune…

Nous avons donc essayé un sable jaune clair (à droite) et du « tarmak » ocre foncé (à gauche) sur des plaques de béton cellulaire, pour jauger de la couleur obtenue au séchage et de la formulation adéquate.

Particularités du tarmak : c’est du sable de carrière à forte granulométrie (jusqu’à 0/6) qui contient beaucoup de fines. L’ajout de chaux est donc moindre. C’est lui qui a été choisi pour sa teinte ocre havane.

Retour à la préparation du mur : après décroûtage de l’enduit Thierry a du faire une cinquantaine de bétonnières de terre/paille/chaux pour unifier le pisé assez dégradé par le temps.

L’échafaudage monté avec deux poulies pour fournir tous les étages et le gobetis réalisé,  il ne restait donc qu’à réunir du monde pour enduire les 100 m² de façade.

Nous nous sommes donc retrouvés le samedi matin : Thierry, Catherine et moi, bien sûr, escortés de Christophe, Pierre-Louis, Stéphane, François, Didier, Christophe, Théodora et mes deux fils Mickaël et Joshua.

Mise au point technique puis démarrage du travail. Chacun trouve vite sa place et son rôle. Deux bétonnières gérées par François et Joshua assurent l’alimentation des enduiseurs répartis sur les 3 étages de l’échafaudage et le rez de chaussée. En bas, Didier, Théodora, Mickaël, Catherine et moi.

Stéphane et Thierry assurent le haut.

Christophe et Pierre-louis se chargent du 1° étage. A 13 h nous en sommes là :

Le rez-de-chaussée est fini, ce qui nous amène à nous répartir différemment sur les étages. Les uns enduisent, les autres talochent-éponge.

Donc, le soir, à 19h, voilà notre travail ! Il ne reste pour le lendemain que très peu de façade restante !

Dimanche matin, Maïa, la fille de Thierry et Catherine, nous rejoint sur l’échafaudage.

ce qui nous permet de terminer à 13 h, et de nous régaler autour du repas, l’esprit tranquille.

Détail : l’arc de décharge en terre cuite et les encadrements de fenêtres en pierre que l’ancien enduit cachait, sont à nouveau visibles !

Félicitations à tous pour la bonne humeur générale, l’efficacité et la qualité du travail accompli !!!

Thierry m’a promis une photo de la façade sans l’échaufaudage rapidement… 🙂

A lire, la version du chantier façon Thierry : Histoire d’une façade de 100 m2 enduite en 2 jours… à 16 : Et pisé beau

Mention toute particulière à Colombe et Capucine, deux des filles de Thierry et Catherine, pour la gestion de l’intendance : excellents repas !!

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

2 commentaires

  1. Chantier réalisé : nombreux et efficaces !
    Encore un très grand merci à la plus grande chef d’orchestre du monde de la chaux 😉

    Ces 2 jours inoubliables montrent bien qu’il n’y a rien d’impossible lorsque nous sommes nombreux et bien encadrés.

  2. Chantier réalisé : nombreux et efficaces !
    Salut !

    tu exagères, comme d’hab, Thierry !! :)) Je te rappelle que nous étions en co-animation !!

    Je suis toujours aussi épatée par la motivation, les capacités de travail et le goût de bien faire des participants à ces chantiers. Oui, les novices se disent que rien n’est impossible et les autres peaufinent leur technique. Et puis c’est tellement gratifiant pour tous que de concrétiser un projet commun ! Et dans la bonne humeur ! Un vrai plaisir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *