Chantier réalisé : Journée laits de chaux pour Daniel et ses frères à St Alban de Roche (38)

Journée Laits de chaux chez Daniel et Michelle. Les murs de la pièce à peindre ont été recouverts pour partie de placo et pour partie d’enduits à la chaux.

Après une partie de la matinée consacrée à la théorie des laits de chaux et des essais de teintes sur béton cellulaire; après avoir décidé que ce serait un badigeon ocre jaune,

nous sommes allés arroser copieusement les murs à la chaux.

Mise en oeuvre de la théorie du matin : Il faut réaliser les quantités nécessaires à la bonne teinte. Daniel, Pierre et Jean-Marc s’affairent

En deux temps trois mouvements, nous avons recouvert les deux murs concernés

Malgré mes réticences à badigeonner le placo, nous avons tout de même tenté. Petit rajout de sikalatex dans l’un des pots de badigeon…..

Et voilà !!!!

Nous avons ici la démonstration de la diffficulté de ce type de travail et de l’inaâtation du lait de chaux au placo : malgré une sous couche acrylique, le produit à joints pompe différemment le badigeon et laisse donc des traces fort inesthétiques. De plus le badigeon glisse sur la sous couche, colore beaucoup moins et laisse les traces de la brosse très apparentes.

Daniel va devoir poncer ce que nous avons fait (heureusement, nous nous rapidement arrétés !! ) puis appliquer une voire deux couches d’acrylique. Tous comptes faits, badigeonner le placo à la chaux demande bien plus de travail que d’y appliquer une peinture adaptée à ce type de support !!

 Pour ce qui est des murs à la chaux, nous avons préparé de quoi passer la seconde couche et Daniel envisage un soubassement terre d’ombre calcinée dont il fera lui-même la préparation et l’application.

Merci à vous tous pour le formidable accueil que vous m’avez fait ! J’attends les photos de la pièce terminée !! 🙂

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *