Chantier participatif réalisé : un joli sol chez Barbara et François (01)

La pièce est grande… très grande… 90m² et nous savons que nous ne pourrons pas la faire en entier lors de ce chantier mais c’est prévu : François et Jolt termineront. Notre objectif est donc d’en faire le plus possible sachant que les carreaux seront posés en tapis c’est à dire une bordure de carreaux posés droits avec un intérieur en diagonale.

Muriel, Céline, Xavier, Antonin, Patrick et Jolt commencent par recouvrir les tubes avec le mortier liquide, comme il se doit.

Et dehors, il fait chaud, très chaud !!

Nous pouvons ensuite démarrer mais les murs sont tordus… très tordus et nous devons trouver le bon angle d’attaque.

Ensuite, il suffit d’avancer… en reculant bien entendu ! Nous faisons les joints toutes les 2 rangées.

Samedi soir, nous avions fait les 12 m² habituels du premier jour et dimanche Julia remplaçant Patrick, nous démarrons par le brossage des joints et la reprise de la pose.

La pièce s’élargit des deux côtés et il faut être vigilant parce qu’on a vite fait de perdre les alignements dans ces cas là… Nous renonçons à faire les joints pour produire plus de volume de pose.

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, malgré une chaleur caniculaire, tout le monde a fourni le maximum et c’est ainsi qu’en fin d’après-midi nous sommes fiers de constater que 50 m² sont recouverts !!

 

 

 

 

 

 

 

Fiers, très fiers !! D’en haut des escaliers la vue plongeante nous ravit !!

Un grand grand merci à  tous pour cet excellent travail !! Merci aussi à François et Barbara pour l’accueil et l’intendance. C’était parfait !

Nous nous occuperons de recouvrir le pisé par de la correction thermique terre/paille/chaux de cette pièce en Octobre. Tenez-vous au courant en suivant les publications des chantiers…

A savoir aussi : le four à pain fera l’objet d’une restauration via une formation Oïkos : voir ici

PS : Merci aussi à Xavier et Muriel pour les photos

Les anciens bâtisseurs étaient des éco-constructeurs et leurs savoir-faire ont failli disparaître ! Mon goût pour la transmission est le fil rouge de ma vie professionnelle. Comment, alors, lorsqu’on détient ne serait-ce qu’un peu de ces savoirs inestimables, ne pas les diffuser au plus grand nombre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *